Les candidats doivent prendre en compte les préoccupations des familles et leur donner confiance

Les candidats doivent prendre en compte les préoccupations des familles et leur donner confiance

A l’occasion de la présentation de ses 10 propositions pour un plan quinquennal en faveur des familles, l’UNAF publie un sondage IFOP1 sur les préoccupations des parents en charge d’enfant.

Une politique familiale qui doit donner confiance

Des efforts ont été consentis ces dernières années pour créer des places d’accueil pour la petite enfance, mieux accompagner les parents, notamment séparés, lutter contre la radicalisation, prévenir le surendettement… Mais la réussite d’une politique familiale tient à la confiance qu’elle parvient à créer sur le long terme auprès des familles. Or, celle-ci a été entamée. L’ensemble des familles a été touché par des plans successifs d’économies, engagés depuis 2008, que les revalorisations de prestations pour les plus modestes n’ont pas compensés. Ils ont généré des effets de seuil importants, aux dépens des familles et de la lisibilité de cette politique. Des propositions pour les familles Il s’agit de rénover la politique familiale de demain, d’innover pour être au plus près des attentes réelles des familles. Pour leur donner confiance, l’UNAF invite les candidats à s’appuyer sur les mesures qu’elle a listées autour de 10 grandes propositions. Elle leur demande de s’engager en faveur d’un pacte quinquennal en faveur des familles.

1. Renforcer la politique familiale : La politique familiale doit faire l’objet d’une véritable stratégie concertée et bénéficier d’un financement pérenne et dynamique, afin de donner confiance aux familles.

2. Améliorer le niveau de vie des familles : Les charges familiales ont un lourd impact sur le niveau de vie des ménages : elles doivent être mieux compensées par des politiques universelles et lisibles.

3. Soutenir la fonction éducative des parents : Les parents doivent être reconnus comme premiers éducateurs de leur enfant, et aidés, si besoin, y compris dans leur relation avec l’école.

4. Prévenir les ruptures et respecter l’intérêt de l’enfant : Les séparations peuvent avoir des conséquences lourdes pour les enfants et leurs parents en termes matériels et psychologiques, d’autant plus si des conflits ne sont pas surmontés. Les séparations pourraient être mieux prévenues et mieux accompagnées pour éviter les ruptures familiales.

5. Innover pour développer une offre d’accueil de la petite enfance : Les parents subissent une pénurie de modes d’accueil qui appelle des réponses souples, diversifiées et territorialisées.

http://www.unaf.frcp04-donner-confiance-aux_familles/IMG/pdf/cp04-donner-confiance-aux_familles.pdf

Nos partenaires

loading